LES ACTIONS SOCIALES

« Prévenir la marginalisation et faciliter l’insertion ou la promotion sociale des Africains en France. »

QUEL MODÈLE D’INTERVENTION SOCIALE ? 

L’action sociale se base sur les principes de la prévention spécialisée.

La Prévention spécialisée apparaît comme le champ d’action le plus proche et le plus adapté à l’accompagnement des jeunes et des familles.

L’ONG CABRALISTES est garant du cadre et veille à la bienveillance des actions.


LES PRINCIPES DE L’ACTION SOCIALE : 

  • La libre adhésion

« Il faut être libre pour adhérer à des propositions d’accompagnement ». 

Ce principe de libre adhésion exprime la démarche « d’aller vers » le public en difficulté de façon volontaire et respectueuse du temps nécessaire à l’établissement d’une relation.

  • L’absence de mandat nominatif 

C’est le principe cardinal d’où découlent tous les autres. En effet, la population est désignée globalement (et non individuellement) comme marginalisée, en rupture avec les institutions dans le pays d’accueil ou ayant besoin d’un accompagnement spécifique.


  • Le respect de l’anonymat

« De l’anonymat… à la confidentialité. »

 Ce principe à 2 significations complémentaires : 

Le respect de la confidentialité de la personne accompagnée et le respect de la confidentialité des informations que détiennent les conseillers. 

La mise en place de l’action sociale à l’égard d’une personne ne dépend pas de son identification administrative, il a la possibilité de ne pas décliner son identité. 

Les personnes gardent l’initiative de l’élaboration et du maintien, ou non, de cette relation. La finalité de l’intervention est bien que la personne sorte de l’anonymat sans être réduit à son problème pour « devenir quelqu’un ».


  • Le partenariat

L’accompagnement social est conduite en collaboration avec les associations, les services sociaux, les établissements socio-éducatifs et culturels.

Pour faciliter l’accès aux équipements de formation, de loisirs, au monde du travail, à l’amélioration des relations avec les familles et les environnements, les conseillers doivent être en contact avec les différentes institutions. 


  • La non institutionnalisation des actions

Les actions sociales ont pour but de créer des ponts et des réponses inexistantes dans la communauté. Pour cela elle passe par la construction de projet en vue d’actions collectives, éducatives. Lorsqu’une action s’avère viable par elle-même, L’ONG CABRALISTES aura pour principe de s’en retirer, en conservant néanmoins la possibilité de jouer un rôle d’accompagnement relationnel. 

L’objectif est de réparer et non de perdurer.


RÔLE DES CONSEILLERS SOCIAUX : 

  • Le Conseiller aide et accompagne la personne. Il doit favoriser la création de conditions nécessaires et suffisantes pour aider les usagers à trouver ou retrouver une place au sein de la société.

  • L’action du Conseiller est de limiter les conséquences sociales des injustices.

  • Le Conseiller doit pouvoir orienter des personnes, les diriger vers le bon interlocuteur, les guider dans leurs démarches administratives et parfois les accompagner physiquement aux rendez-vous, leur apporter les éléments ou les informations nécessaires au règlement de leur situation, les renseigner, les aider mais en suscitant leur participation, leur implication.


LA MISE EN ŒUVRE DE CETTE MISSION : 

  • L’adhésion à des valeurs partagées

La mise en œuvre de la mission nécessite un engagement basé sur une adhésion à des valeurs partagées. Cet engagement est en faveur des populations les plus en difficulté.

Dans un esprit de tolérance et une logique d’émancipation, il s’agit d’accompagner les personnes dans leur évolution, et afin d’occuper au mieux leur place dans la société.


  • Militantisme et Professionnalité

« Une posture éthique affirmée »

L’équipe est porteuse du cadre et garante de la cohésion et de la continuité des actions sociales.

C’est au sein de l’équipe que se réfléchissent et s’organisent les actions en fonction des diagnostics permanents établis par chacun. C’est un lieu d’échange, de réflexion, de transmission des savoirs, de décisions. Elle favorise l’émergence et le développement des compétences de chacun de ses membres. Elle est force de propositions.

Les réunions régulières garantissent la cohésion de l’équipe et du travail.


  • La présence sociale comme démarche d’accompagnement.

« Le travail de rue »

le travail de rue opère sur une population potentielle en ciblant les sujets qui s’avèrent compatibles avec cette forme d’intervention. Les contacts renouvelés dans l’espace public, l’observation des comportements, le décryptage des discours des personnes y contribuent en vue d’un possible traitement éducatif par le conseiller, l’équipe, l’ONG CABRALISTES. Le Conseiller n’invente pas les difficultés, car nombre de personnes connaissent des situations objectives et subjectives problématiques ou supposées telles, mais il les requalifie en fonction de son arsenal théorique, de son expérience et de son interprétation en lien avec les politiques sociales existantes.